Polémique religieuse, un joueur de l’OM sanctionné
Thibault Morlain

A 16 ans, Enzo Sternal se fait un nom avec les jeunes de l’OM, tout en ayant également des sélections avec l’équipe de France et les catégories de son âge. Mais voilà qu’il y a quelques semaines, l’Olympien a défrayé la chronique, se retrouvant au coeur d’une polémique suite à un message religieux inscrit sur un t-shirt qu’il a montré après avoir marqué avec les Bleus. Un geste qui a valu à Sternal une sanction de la FFF.

Le tournoi de Montaigu est un tournoi prestigieux pour les jeunes footballeurs. En avril dernier, les plus grands espoirs avaient ainsi rendez-vous pour cette occasion avec leurs sélections nationales respectives. Performant avec l’OM, Enzo Sternal avait alors été appelé pour jouer avec l’équipe de France U16. C’est alors qu’une polémique avec l’Olympien. En effet, au moment de célébrer un but, Sternal a soulevé son maillot pour faire apparaitre un t-shirt où on pouvait alors lire le message à caractère religieux suivant : « Allah is great ».

« Sanctionner les deux joueurs en les privant de plusieurs rassemblements »

Ce geste d’Enzo Sternal a alors fait énormément parler au point donc de déclencher une polémique. La raison ? Une sanction infligée par la FFF à l’encontre du joueur de l’OM. Journaliste pour L’Equipe, Hugo Delom est revenu sur cet épisode. A propos du cas Sternal, il a alors expliqué à l’occasion du podcast L’avenir leur appartient : « On est en avril dernier, on est à Montaigu, Enzo et l’un de ses coéquipiers, qui joue gardien de but, qui sont de deux confessions différentes, ont arboré un t-shirt à message. La Fédération, sans le communiquer officiellement, a décidé de sanctionner les deux joueurs en les privant de plusieurs rassemblements ».

« Ils ne sont pas bannis à vie de l’équipe de France »

« On a appelé la Fédé pour être très clair, la Fédé précise qu’ils ont été sanctionnés. Ils considèrent que les joueurs de l’équipe de France n’ont pas à porter de message à caractère politique ou religieux. C’est une sanction ponctuelle. Ils ne sont pas bannis à vie de l’équipe de France », a poursuivi Hugo Delom concernant cette sanction infligée à l’encontre d’Enzo Sternal.

Articles liés